christian berstart brut
présente
RechercheFermer christian berstart brut
MenuFermer

Suite à une première présence remarquée à artgenève en mars 2022, la galerie proposera pour sa seconde participation (stand D20) une mise en regard inédite de trois photographes bruts : Lindsay Caldicott, radiographe devenue chirurgienne de l’image suite à son internement pour schizophrénie, Tomasz Machciński - ouvrier mécanicien polonais aux multiples autoportraits, révélé notamment aux Rencontres de la Photographie d’Arles et lors de l’édition 2021 de Paris Photo - et notre découverte, « le fétichiste », cet anonyme qui déploie sa vision scopique de la jambe gainée de collant dont la première exposition que nous lui avions consacrée fut saluée par la critique en 2020.

Œuvres
Pour découvrir les œuvres disponibles, merci de nous contacter.
sans titre - © christian berst — art brut
Lindsay Caldicott sans titre, 2000
59.5 x 84 cm
le fétichiste (anonyme) sans titre, 2005
10 x 15 cm
Tomasz Machcinski sans titre, 2003
9 x 12.9 cm
Artistes
portrait de lindsay caldicott - © christian berst — art brut

Lindsay Caldicott

Radiographe de profession, c’est durant son internement psychiatrique que Lindsay Caldicott s’est mise à produire ses collages faits d’une myriade de fragments dupliqués, ouvragés au scalpel et assemblés avec une précision toute chirurgicale. Son univers fractal est d’une harmonie chromatique s’étendant des gris aux sanguines et des nuances mordorées à la couleur chair. Présenté pour la première fois en 2018 par la galerie, alors que l’artiste s’est éteinte quatre ans plus tôt, son oeuvre - saluée d’emblée par la critique - fait aujourd’hui partie du musée français de la photographie, des collections de la Fondation Francès, abcd/Bruno Decharme (France) et Amr Shaker (Suisse), entre autres.

En savoir plus
le fétichiste, 2002, *sans titre*, tirage photographique - © christian berst — art brut

le fétichiste

C’est l’histoire d’un ensemble photographique anonyme surgi du secret auquel il semblait voué. Soit des centaines de tirages amateurs courant sur une décennie, entre 1996 et 2006, et témoignant du fétichisme de son auteur. Celui-ci se manifeste au travers de clichés de jambes gainées de collants, prises indifféremment dans la rue ou à la télévision. Sa pratique évoque celle de Miroslav Tichy, à la différence que notre auteur devient parfois lui-même acteur. Dans les deux cas – comme fréquemment dans l’art brut - se posent les questions brûlantes de l’artification auquel procède notre regard et de la part d’imaginaire collectif qui infuserait dans pareille mythologie individuelle.

En savoir plus
Tomasz Machcinski - © christian berst — art brut

Tomasz Machcinski

Très jeune, Tomasz Machciński se construit une identité autour d’un autographe, qui lui a été adressé par une actrice qu’il imagine alors être sa mère. De cette confusion, qui a duré plus de vingt ans, est née une mythologie protéiforme et personnelle qui re-construit l’artiste. À l’image du mythe ovidien, ou de Gregor Samsa, Tomasz Machciński ne peut être décrit. En effet, son œuvre se compose de multiples autoportraits d’autant de physionomies différentes. La Fondation Tomasz Machcinski a décidé d’en rendre accessible quelques centaines aux musées et collectionneurs du monde entier. Exposées en 2019 aux Rencontres internationales de la Photographie d’Arles, ses œuvres font notamment partie des collections du Musée d’Art Moderne de Varsovie et du Musée de la Photographie de Cracovie.

En savoir plus
artgenève

You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.