christian berstart brut
présente
RechercheFermer christian berstart brut
MenuFermer

La ville de Mons, capitale européenne de la culture 2015, organise du 20 juin au 6 septembre 2015 l’exposition MONsens L’art brut d’hier et d’aujourd’hui & Interaction aux Beaux-arts de la ville.

En faisant la part belle à l’art asilaire, brut, outsider, l’exposition rejoint deux projets qui illustrent l’évolution du regard et de l’appréciation des créations en marge des circuits de l’art. Le premier volet initié par les plateformes hennuyères de concertation pour la santé mentale, s’intéressera à l’évolution du « sens » donné aux œuvres par les découvreurs (psychiatres, artistes), les créateurs et les spectateurs. La confrontation d’œuvres historiques et contemporaines (Aloïse Corbaz, Paul Duhem, Martha Grunenwaldt, Johann Hauser, Willem Van Genk, Adolf Wölfli…) permet de souligner l’évolution du regard porté sur ces créations.

La galerie à prêté pour cette exposition trois statues de Michel Nedjar et trois peintures de Carlo Zinelli.

Artistes
carlo zinelli - © christian berst — art brut

Carlo Zinelli

Interné définitivement à l’âge de 31 ans, après avoir participé à la guerre d’Espagne avec le contingent italien, Carlo Zinelli est aujourd’hui considéré comme une figure phare de l’art brut. Sortes de contes illustrant des épisodes ayant précédé son internement, ses dessins itératifs et disloqués dans lesquels la perspective est abolie au profit d’écritures interstitielles qui semblent annoncer le concept de « modernité ». Mis à l’honneur dans nombre d’expositions internationales Carlo Zinelli exposé au Giardini lors de la Biennale de Venise de 2013.

En savoir plus
Michel Nedjar dans son atelier - © christian berst — art brut

Michel Nedjar

Il est l’artiste brut, vivant, le plus exposé et publié et pourtant la trajectoire extraordinaire de ce français pose une question rarement abordée : celle de l’impermanence de l’art brut. Découvert par Jean Dubuffet, au moment où il travaille sur la résurgence du corps symbolique, il s’autorise alors à devenir l’artiste protéiforme que l’on connaît et qui, dans la création, incarne une absolue liberté. Présent dans d’innombrables collections, il est le premier « brut » à être entré dans les collections du Musée national d’art moderne (France). Depuis 2008 il s’est vu consacrer six expositions monographiques par Le Mahj (Paris), le LaM (Lille), le musée Gugging (Vienne) et la galerie.

En savoir plus
portrait de pascal tassini - © mario del curto, christian berst — art brut

Pascal Tassini

Fréquentant l’atelier du Créahm (Belgique), depuis plus de trente ans, Pascal Tassini s’y est fabriqué sa propre maison, faite d’objets liés les uns aux autres par des chapelets de nœuds en tissu. Comme chez Schwitters, le Merzbau de Tassini est protéiforme et évolutif. Ce « mari caché d’Annette Messager » ( Léa Chauvel-Lévy) produit, avec un processus similaire, les différents éléments nécessaires à la noce somptueuse dont il rêve, de la robe de mariée aux boutonnières. Présenté, en 2019, dans l’exposition extravaganza de la collection Treger Saint Silvestre, Pascal Tassini fait notamment partie des collections du Madmusée (Belgique) et de la Pinacothèque Hervé Lancelin (Luxembourg).

En savoir plus
MONsens

You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.