christian berstart brut
présente
RechercheFermer christian berstart brut
MenuFermer

C’est sous l’impulsion du docteur Léo Navratil – psychiatre à la clinique de Gugging, près de Vienne en Autriche, et auteur en 1965 de Schizophrénie et art – que commence l’aventure qui aboutit en 1986, avec son successeur le docteur Johann Feilacher, à la création de la Maison des Artistes.

Bien loin de l’art-thérapie et de son cadre normatif, bien davantage qu’une communauté de patients créant par émulation, cette expérience unique au monde a donné naissance à tout un groupe d’artistes qui doit sa renommée internationale à la grâce de ses productions.

Walla, Tschirtner, Hauser, Fischer et les autres sont autant d’étoiles (bleues, comme leur emblème) au firmament de l’art brut.

Artistes
august walla - © mario del curto, christian berst — art brut

August Walla

Après une enfance tourmentée et une adolescence turbulente, August Walla est diagnostiqué schizophrène et est finalement admis – avec sa mère - à l’hôpital de Gugging, près de Vienne, en 1970. Devenu pensionnaire de la Maison des artistes, il y restera jusqu’à la fin de ses jours. S’exprimant à travers la photographie, l’installation, le détournement d’objets et la dactylographie de manifestes, l’écriture et le dessin sont devenus indissociables dans son oeuvre. Figure incontournable de l’art brut, collectionné par David Bowie, Walla est présent dans un grand nombre de collections à travers le monde, dont celles du MoMa (New York) ou du Milwaukee Art Museum (Wisconsin).

En savoir plus
johann fischer - © feilacher, christian berst — art brut

Johann Fischer

Pour s’exprimer, tous les moyens sont bons pour Johann Fischer : à l’écriture, il conjugue le dessin, des personnages, bien souvent de profil, aux couleurs vives et chaudes, s’activent dans la page, entre les lignes de texte, pour nous raconter une histoire. Né en 1919 à Eggendorf am Wagram (Basse-Autriche), Johann est apprenti maître-boulanger avant d’être mobilisé durant la seconde guerre mondiale et constitué prisonnier par les Américains. A sa libération, il prend la suite de son père à la tête du domaine agricole familial, néanmoins, souffrant dès 1957 de troubles hallucinatoires, il est interné en clinique psychiatrique. En 1981, il intègre la Maison des Artistes et commence son […]

En savoir plus
johann korec - © martin vukovits foto credit, christian berst — art brut

Johann Korec

Né à Vienne en 1937, Korec, après avoir passé son enfance dans des foyers pour enfants et avoir fréquenté des écoles spécialisées, travailla dès l’âge de 14 ans comme valet de ferme et gardien de troupeau. Il rêvait de devenir dompteur dans un cirque. En 1958, il fut interné à Gugging et, alors qu’il dessinait depuis les années 60, rejoignit la Maison des artistes en 1981. Copiant d’abord, à sa manière, des illustrations de journaux, ses œuvres – réalisées à l’encre de chine et à l’aquarelle - devinrent plus personnelles : les scènes érotiques, typiques de son travail, sont décrites et commentées à la manière d’un journal intime illustré.

En savoir plus
heinrich reisenbauer - © galerie gugging, christian berst — art brut

Heinrich Reisenbauer

Né en 1938 à Kirchau (Autriche), Reisenbauer arriva à Gugging lorsque, peu après ses années de lycée, on diagnostiqua une psychose. Après 30 ans d’internement dans un pavillon pour malades chroniques, il fut invité, en 1986, à venir s’établir dans la Maison des artistes. Ses dessins, le plus souvent des petits formats réalisés aux crayons noir et de couleur, offrent invariablement une répétition quasi sérigraphique du sujet qui se distingue par d’infimes nuances. Il manifeste le même souci obsessionnel d’ordre et d’équilibre dans les tâches les plus quotidiennes. Ainsi, lorsqu’on lui confie la distribution des fruits aux pensionnaires de la Maison, l’exercice se transforme en véritable « […]

En savoir plus
portrait d'oswald tschirtner - © © gugging, christian berst — art brut

Oswald Tschirtner

O.T. – comme il signait - était un artiste emblématique de l’hôpital de Gugging, où il fut interné en raison de la psychose dont il a commencé à souffrir au retour du siège de Stalingrad. Ses dessins, antithèses de l’horror vacui, se caractérisent par leur minimalisme, l’épure, l’économie de moyens et d’effets, le sens de l’équilibre et de l’espace. Admiré par Michel Thévoz, qui lui a consacré plusieurs articles de fond, il a également fasciné David Bowie et Brian Eno, qui l’ont rencontré et collectionné. Ses œuvres se trouvent dans d’innombrables collections, comme celles d’Arnulf Rainer (Autriche), abcd/Bruno Decharme (France) ou encore de la Pinacothèque Hervé Lancelin (Luxembourg).

En savoir plus
Revue de presse
Gugging, un foyer pour l'art brut
Télérama Sortir. Le 24 mai 2006.
Annonce de l'exposition : Gugging, un foyer pour l'art brut
Animula Vagula. Le 5 avril 2006.
Gugging

You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.