christian berstart brut
présente
RechercheFermer christian berstart brut
MenuFermer

La galerie présente, du 9 septembre au 11 octobre, l’oeuvre de José (Pepe) Gaitán, découverte cette année en Colombie tandis que seront présentés dans le cabinet de curiosité les dessins de body buildés de la cubaine Misleidys Castillo.

Pepe Gaitán nait en 1959 dans une famille bourgeoise. Son père décède quand il est très jeune. Sa mère le reçoit chaque samedi pour qu’il lui lise les journaux. Pepe suit des études de communication sociale et s’intéresse particulièrement à la radio. En 1975, il entend la curieuse expression « ne mange pas tant de sucreries, si tu ne veux pas attraper des amibes » ce qui marque un tournant dans sa vie.

C’est à partir de ce moment qu’il commence son oeuvre. Son processus de création est centré sur le texte. Il passe ses journées dans des bibliothèques, sélectionne avec minutie des pages, inspiré autant par le fond que par les formes qui se dégagent des phrases. Il les photocopie puis intervient dessus en griffonnant les lettres, dans lesquelles il recherche des formes d’amibes qu’il nomme pseudopodes, puis dessine ou colle les images que le mouvement du texte lui suggère.

Il utilise toujours une gamme chromatique très choisie. Les échos de formes qui font penser à une codification confèrent à ces oeuvres une force géométrique saisissante. Il vit aujourd’hui seul à Bogotá et passe ses journées à composer ses pages.

La cubaine Misleidys Castillo, jeune autiste sourde de 28 ans, dessine, peint et découpe compulsivement des body builders ou des fragments anatomiques, parfois de très grande taille, dont elle recouvre les murs de sa maison en les appliquant avec des languettes de scotch brun.

Artiste
Pepe Gaitán
portrait de pepe gaitàn - © christian berst — art brut

Issu de la bourgeoisie colombienne, Pepe Gaitan a choisi de vivre une vie d’ascèse et dont le seul plaisir découle directement des lectures journalières qu’il fait à la bibliothèque nationale, à Bogota. De ces livres, il sélectionne des pages qu’il photocopie et dont il oblitère les contreformes. C’est autour de ces graphèmes fantômes qu’il compose ses collages sibyllins. En 2020, le Centre d’Art Contemporain de Genève le met à l’honneur dans scrivere designando, exposition curatoriée par Andrea Bellini et Sarah Lombardi.

Revue de presse
Pepe Gaitan, ou l’art de la lettre barrée
La Rédacton, Libération.com. Le 7 octobre 2014.
Brutes de l’art
Marie Zawisza, Le Monde. Le 4 octobre 2014.
Pepe Gaitán
François Salmeron, Paris Art. Le 19 septembre 2014.
A l’avant-garde : Misleidys Castillo – Hombres
Dauphine De Cambre, Theartchemists.com. Le 5 septembre 2014.
Pepe Gaitán
Bénedicte Philippe, Télérama Sortir. Le 4 septembre 2014.
pepe gaitán

You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.