christian berstart brut
présente
RechercheFermer christian berstart brut
MenuFermer

« Ce sont les gens normaux qui deviennent fous. Mais comme je ne l’ai jamais été, je ne risque rien ». En disant cela, Marilena Pelosi bat en brèche, sans le vouloir, l’idée même de normalité et de son corollaire, la folie. L’artiste qu’elle est devenue s’est néanmoins construite sur le terreau d’une altérité nourrie des séismes de son existence.

Née en 1957 à Rio de Janeiro, Marilena aurait aimé faire les Beaux-Arts : « Heureusement, je n’y suis pas allée, peut-être qu’on m’aurait appris à dessiner correctement ». C’est à l’âge de 16 ans, à la suite d’une maladie grave, qu’elle commence à produire des oeuvres dans lesquelles le catholicisme exubérant et la macumba fiévreuse de son Brésil natal tournoient jusqu’au délire. Les réminiscences de transes, de processions eucharistiques, de carnavals endiablés sont inextricablement mêlées à des évocations bien plus intimes : l’enfance recluse, la fuite d’un mariage forcé avec un prêtre vaudou, les années d’errance à travers le monde, en quête d’un havre.

Les didascalies qu’elle sème parfois dans la marge, au lieu de nous renseigner, renforcent l’étrangeté de ces saynètes sauvages tracées d’un trait sobre, sans artifice, presque clinique. En jaillissent de cruelles féeries dans lesquelles le sens se dérobe, défie la raison - la sienne en premier - mais dont tout, absolument tout, transpire la résilience. C’est comme si nous assistions - à travers ce théâtre de la réparation fait de germinations, de floraisons, de simulacres de noces barbares, de fluides séminaux et de renaissances érotisées – à la plus vibrante des catharsis.

vue de l'exposition *marilena pelosi : catharsis*, christian berst art brut, paris, 2017. - © christian berst art brut, christian berst — art brut
Artiste
Marilena Pelosi
Marilena Pelosi - © christian berst — art brut

Très jeune, Marilena Pelosi commence à produire des dessins, dans lesquels le catholicisme exubérant et la macumba fiévreuse de son Brésil natal, tournoient jusqu’au délire. La réminiscence de transes, de processions eucharistiques et de carnavals sont inextricablement mêlés à des évocations bien plus intimes. Aujourd’hui retirée en Normandie, elle continue à produire ces mêmes dessins troublants, faits au stylo à bille, dans lesquels des femmes-poupées sont à la fois bourreaux et victimes. Entrée dans la collection BIC (France) en 2019, elle figure dans des collections majeures, parmi lesquelles celles d’Hannah Rieger (Autriche), Amr Shaker (Suisse) ou de Dino Menozzi (Italie).

Catalogue
Marilena Pelosi catharsis
Catalogue publié à l'occasion de l'exposition *Marilena Pelosi : catharsis*, christian berst art brut, Paris, 2017. - © christian berst — art brut

Préface : Laurent Quénéhen
Avant-propos : Christian Berst.
Publié à l’occasion de l’exposition Marilena Pelosi : catharsis, du 28 janvier au 25 février 2017.

Revue de presse
marilena pelosi
Claire Margat, Artpress. Le 28 avril 2017.
Les dessins de Marilena Pelosi à la galerie Berst : un carnaval cruel et comique
Thierry Hay, Blog France TV . Le 10 février 2017.
Heureusement que je ne suis pas allée aux Beaux-Arts, on m’y aurait peut-être appris à dessiner correctement
Bruno Dubreuil, Viens Voir. Le 9 février 2017.
marilena pelosi - catharsis
Bénédicte Philippe, Télérama.fr. Le 3 février 2017.
catharsis
Claire Margat, Art Press. Le 31 janvier 2017.
Voir plus
catharsis
Jessica Boucher Rétif, Paris Art. Le 27 janvier 2017.
Marilena Pelosi

You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.