christian berstart brut
présente
RechercheFermer christian berstart brut
MenuFermer

Des œuvres de Leopold Strobl, Michel Nedjar, Augusta Walla, George Widener et Oswald Tschirtner sont exposées jusqu’au 27 février 2022 à la galerie gugging (près de Vienne).

Cette exposition présente des œuvres des artistes de Gugging ainsi que d’autres artistes d’art brut internationaux. Sous le commissariat d’Irina Katnik.

Artistes
august walla - © mario del curto, christian berst — art brut

August Walla

Après une enfance tourmentée et une adolescence turbulente, August Walla est diagnostiqué schizophrène et est finalement admis – avec sa mère - à l’hôpital de Gugging, près de Vienne, en 1970. Devenu pensionnaire de la Maison des artistes, il y restera jusqu’à la fin de ses jours. S’exprimant à travers la photographie, l’installation, le détournement d’objets et la dactylographie de manifestes, l’écriture et le dessin sont devenus indissociables dans son oeuvre. Figure incontournable de l’art brut, collectionné par David Bowie, Walla est présent dans un grand nombre de collections à travers le monde, dont celles du MoMa (New York), du Milwaukee Art Museum (Wisconsin), de la collection de l’art brut de Lausanne (Suisse) et du Musée national d’Art moderne (Pompidou).

En savoir plus
portrait d'oswald tschirtner - © © gugging, christian berst — art brut

Oswald Tschirtner

O.T. – comme il signait - était un artiste emblématique de l’hôpital de Gugging, où il fut interné en raison de la psychose dont il a commencé à souffrir au retour du siège de Stalingrad. Ses dessins, antithèses de l’horror vacui, se caractérisent par leur minimalisme, l’épure, l’économie de moyens et d’effets, le sens de l’équilibre et de l’espace. Admiré par Michel Thévoz, qui lui a consacré plusieurs articles de fond, il a également fasciné David Bowie et Brian Eno, qui l’ont rencontré et collectionné. Ses œuvres se trouvent dans d’innombrables collections, comme celles d’Arnulf Rainer (Autriche), abcd/Bruno Decharme (France) ou encore de la Pinacothèque Hervé Lancelin (Luxembourg).

En savoir plus
Michel Nedjar - © christian berst — art brut

Michel Nedjar

Il est l’artiste brut vivant le plus exposé et publié, pourtant la trajectoire extraordinaire de ce français pose une question rarement abordée : celle de l’impermanence de l’art brut. Découvert par Jean Dubuffet alors qu’il travaille sur la résurgence du corps symbolique, il s’autorise à devenir l’artiste protéiforme que l’on connaît. Dès lors, sa création incarne une absolue liberté. Présent dans d’innombrables collections, il est le premier artiste brut à être entré dans celles du Musée national d’Art moderne (Pompidou). Michel Nedjar s’est vu consacrer neuf expositions monographiques.

En savoir plus
george widener - © christian berst — art brut

George Widener

Ancien technicien de l’US Air Force, dépressif chronique et asocial, c’est vers la trentaine qu’on lui décèle le syndrome d’Asperger. Celui-ci se caractérise, chez lui, par une mémoire eidétique qui lui permet de faire resurgir dans ses œuvres quantité de données, notamment chiffrées, relatives à ses sujets de prédilection. Le temps, les carrés magiques, le Titanic, les mégalopoles fictives figurent parmi les thèmes récurrents de ses dessins. Présent, entre autres, dans les collections du Smithsonian (Washington), il a notamment été montré au Palais de Tokyo, à Paris, dans l’exposition culte Le Bord des mondes ou dans An Alternative Guide to the Universe à la Hayward Gallery, à Londres. En 2024, il sera exposé à Lafayette Anticipations (Paris).

En savoir plus
leopold strobl, gugging - © marco prenninger, christian berst — art brut

Leopold Strobl

Leopold fréquente la maison des artistes de la Clinique psychiatrique de Gugging (Autriche) depuis une dizaine d’années, trouvant dans la création un réconfort et une rédemption, une manière de tenir à distance ses démons mentaux. Ses dessins au crayon de couleur, de petit format, sont autant de portails magnétiques réalisés sur des photographies de paysages tirées de journaux. Le graphite contamine le décor, comme pour en révéler l’étrangeté. Présent dans les collections du MoMA (New York) depuis 2018, son travail a été présenté l’année suivante dans l’exposition Photo | Brut aux Rencontres de la Photographie d’Arles. En 2024, ses œuvres sont présentées à la Biennale de Venise sous le commissariat d’Adriano Pedrosa.

En savoir plus
otherworldly :

You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.