christian berstart brut
présente
RechercheFermer christian berstart brut
MenuFermer

La galerie se joint à la dizaine de confrères qui, le temps d’un week-end, investit un village français pour y rencontrer ses collectionneurs dans un cadre bucolique. Le château viticole et les portes de la ville de Chassagne-Montrachet, au milieu des vignobles de la Côte de Beaune, seront le théâtre de cette 6e édition.

Un week-end d’art contemporain jalonné de moments conviviaux : cocktail de vernissage le vendredi, dîner au château le samedi soir, dégustation de crus locaux: Meursault, Puligny-Montrachet, Chassagne-Montrachet…

Giovanni Bosco (Italie), John Devlin (Canada), Sebastian Ferreira (Paraguay), Alexandro Garcia (Uruguay) et Patricia Salen (France) se fondront dans ce décor champêtre.

Artistes
Alexandro Garcia - © christian berst — art brut

Alexandro Garcia

Jardinier uruguayen, Alexandro García s’est mis à retranscrire ses visions éthérées à la suite d’une rencontre du 3e type – ou avistamiento – dont il a fait l’expérience, enfant. Digne héritier du réalisme magique, il en dépasse cependant le cadre et nous parle d’un ailleurs offert à nos projections et à la colonisation d’une humanité nouvelle aux travers d’architectures habitées et saturées. Présent notamment dans la collection abcd/Bruno Decharme (France) son travail a été montré dans l’exposition hommage au palais idéal du facteur cheval élévations co-curatoriée par Antoine de Galbert en 2015.

En savoir plus
portrait de giovanni bosco - © christian berst — art brut

Giovanni Bosco

Les journées du sicilien Giovanni Bosco furent rythmées par des chansons populaires napolitaines et des peintures d’une inventivité rare qu’il exécutait sur les murs de sa ville ou sur des matériaux de fortune : corps démembrés ou “surmembrés”, serpenteaux et homoncules, coeurs céphaliques, mots et signes scandés dans l’intervalle du dessin. Inventeur d’un langage plastique sans pareil, l’artiste fait aujourd’hui partie de prestigieuses collections dont celles d’Antoine de Galbert, abcd/Bruno Decharme (France), Treger-Saint Silvestre (Portugal) et Amr Shaker (Suisse).

En savoir plus
Patricia Salen - © christian berst — art brut

Patricia Salen

Bien qu’ayant suivi une formation aux Arts décoratifs, elle rencontre en 2005 son double et devient alors “Pandora”. Pandora est comme une clé charnelle, qui permettrait d’ouvrir les portes du temps, mais aussi des strates supérieures de la conscience. Ses travaux, le plus souvent au graphite sur papier, sont les témoins de ses voyages temporels et agissent à nos yeux comme des champs vibratoires. Son oeuvre divinatoire - proche de Zdenek Kosek dans sa perception cataclysmique - fait déjà partie des collections d’Antoine de Galbert (France), Amr Shaker (Suisse), du Museum of Everything (Grande-Bretagne) et de la collection de l’Art Brut de Lausanne.

En savoir plus
sebastián ferreira - © christian berst art brut, christian berst — art brut

Sebastián Ferreira

Ramiro Sebastian Ferreira Martinez de la Pera est né à Asunción (Paraguay) en 1981. A l’âge de 15 ans, on lui diagnostique une schizophrénie paranoïde. Se rêvant architecte, il dessine dès son plus jeune âge multitude de paysages urbains et montre une fascination pour les routes, les bâtiments, les feux de circulation et les autobus, qu’il dessine avec une grande facilité. Il travaille sur papier blanc, qu’il remplit entièrement, parhorror vacui, de dessins au crayon noir. Les médecins travaillent alors beaucoup avec lui sur l’acceptation de sa maladie, et mettent en valeur sa fibre artistique. Ses sujets de prédilection deviennent les villes cosmopolites, qu’il réinvente en y introduisant […]

En savoir plus
portrait de john devlin - © christian berst — art brut

John Devlin

Lorsque John Devlin quitte le Canada pour étudier la théologie à Cambridge il n’a que 25 ans et se destine alors à la prêtrise. En adoration devant Cambridge il doit cependant rentrer et abandonner ses rêves ecclésiastiques en raison de troubles psychotiques. Il consacre alors sa vie à concevoir des plans de sa propre Nova Cantabrigiensis, soit une Cambridge idéalisée qui devient à la fois une projection symbolique et un protocole curatif. Après que son grand oeuvre - élaboré dans le secret - fut découvert à la fin des années 1980, il a fait l’objet de nombreuses expositions et publications dont, en 2019, les Rencontres de la Photographie d’Arles pour l’exposition iconique Photo Brut.

En savoir plus
Revue de presse
L’art contemporain s’invite un weekend à la campagne
Le Bien Public. Le 14 juin 2016.
Une partie de campagne

You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.