christian berstart brut
présente
RechercheFermer christian berstart brut
MenuFermer

Pour cette première édition du Salon BAD + Bordeaux + Art + Design, qui se tiendra au Hangar 14 au bord de la Garonne, du 7 au 10 juillet 2022, la galerie présentera les œuvres de Franco Bellucci, José Manuel Egea, Josef Hofer, Tomasz Machciński et Luboš Plný.

Pour l’inauguration de ce premier Salon d’art contemporain et de design à Bordeaux, la galerie présentera cinq artistes d’art brut contemporains. Ces cinq mythologies personnelles attestent d’un rapport de force entre l’intime et l’universel, le corps et l’esprit, l’analyse et la projection.

À l’initiative de Jean Daniel Compain et Congrès Bordeaux Exposition rejoints par Jill Silverman van Coenegrachts, le Salon BAD+ entend illustrer la diversité exceptionnelle de la création, en mettant justement à l’honneur ce rapport entre passé, présent et futur.

Cette première édition se tiendra au coeur de la ville, dans un espace industriel remarquable - le Hangar 14 - au sein d’un patrimoine 18ème exceptionnel qui borde la Garonne. En prenant racine à Bordeaux, BAD+ va s’inscrire dans une semaine d’art, de design et d’art de vivre et irriguer toute la ville et ses environs.

Artistes
Luboš Plný, 2011, Prague - © Ⓒ Mario del Curto, christian berst — art brut

Luboš Plný

Figure reconnue de l’art brut contemporain, cet artiste tchèque est fasciné par l’iconographie médicale. Expert des arcanes de l’anatomie, il s’adonne – lorsqu’il ne dessine pas - à toutes sortes de performances rappelant les actionnistes. En testant les limites de l’existence physique, il conjure la mort et sublime la vie dans ce qu’elle a de plus organique. Ses œuvres extrêmement détaillées à l’encre de Chine et à l’acrylique, sont entrées dès 2013 dans les collections du Musée National d’Art Moderne (Paris) puis en 2021 grâce à la donation Bruno Decharme et furent notamment exposées à plusieurs reprises à la Maison rouge, au Japon ou lors de la biennale de Venise 2017.

En savoir plus
josef hofer dessinant - © © florian moser, christian berst — art brut

Josef Hofer

Pensionnaire depuis plus de 30 ans d’une institution autrichienne, Josef Hofer ne parle pas, il dessine. Inlassablement. Dans le miroir qu’il se tend et qu’il nous tend, les personnages tentent de prendre leur essor dans le carcan du cadre avec une grâce érotisée, indomptée. Ses productions - auxquelles Michel Thévoz a consacré plusieurs essais - mettent en images une dualité fondatrice entre le corps et la psyché. Présent dans de nombreux musées, il compte aussi parmi de grandes collections privées, comme celles d’Antoine de Galbert (France), d’Amr Shaker (Suisse) ou d’Arnulf Rainer (Autriche), qui le considère d’ailleurs comme « l’un des plus grands artistes d’art brut contemporains ».
Un ensemble important de ses œuvres a rejoint en 2021 les collections du Centre Pompidou.

En savoir plus
portrait de franco bellucci - © bargellini, christian berst — art brut

Franco Bellucci

Fréquentant l’atelier Blu Cammello à Livourne, il a d’abord été découvert par l’artiste Riccardo Bargellini. Les sculptures hybrides qu’il produit sont constituées d’objets hétéroclites dont les destins sont inexorablement liés, observées tantôt par le prisme de leur valeur transitionnelle, fétichiste ou apotropaïque.
Présent dans les collections du Musée national d’Art moderne (Pompidou), ses œuvres ont été présentées dans plusieurs grandes expositions, notamment au Museum für Moderne Kunst de Francfort ou à la Maison rouge à Paris.
”Ces œuvres sont douées d’une puissance symbolique que bien des artistes ‘professionnels’ sont incapables d’atteindre. ” (P. Dagen, Le Monde)

En savoir plus
portrait de josé manuel egea - © christian berst — art brut

José Manuel Egea

Convaincu de sa lycanthropie, ce jeune artiste madrilène est fasciné par la métamorphose kafkaienne présente dans l’univers du comics et de la mythologie . Son œuvre, lui aussi polymorphe, constitué de dessins, sculptures et performances nous exhorte à accepter notre thérianthropie refoulée. Défendu par la galerie depuis 2016 il a fait l’objet, la même année, d’une vaste présentation lors de la Biennale de l’Image possible, à Liège. Il est désormais présent dans de grandes collections européennes comme celles d’Antoine de Galbert ou de Laurent Dumas (France).

En savoir plus
Tomasz Machcinski - © christian berst — art brut

Tomasz Machcinski

Très jeune, Tomasz Machciński se construit une identité autour d’un autographe, qui lui a été adressé par une actrice qu’il imagine alors être sa mère. De cette confusion, qui a duré plus de vingt ans, est née une mythologie protéiforme et personnelle qui re-construit l’artiste. À l’image du mythe ovidien, ou de Gregor Samsa, Tomasz Machciński ne peut être décrit. En effet, son œuvre se compose de plus de 22 000 autoportraits d’autant de physionomies différentes. Exposées en 2019 aux Rencontres de la Photographie, ses œuvres font déjà partie des collections du Musée d’Art Moderne de Varsovie et du Musée de la Photographie de Cracovie (Pologne) ainsi que de la collection abcd/Bruno Decharme.

En savoir plus
BAD +

You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.