christian berstart brut
présente
RechercheFermer christian berstart brut
MenuFermer

Royal Robertson a passé la majeure partie de sa vie en Louisiane, avec sa femme et leurs onze enfants. Peintre d’enseigne de formation, sa schizophrénie paranoïde déclenche en lui une prodigieuse fièvre créatrice. Ascensions éthérées, portraits de divinités, architectures futuristes pareilles à des « maisons témoin » d’un monde à venir, c’est comme s’il était descendu de sa planète, chargé de ses propres tables de la loi. Figurant dans d’innombrables collections internationales, comme le Smithsonian Museum of American Art (Etats-Unis), son œuvre a été présenté, en 2018-19, dans l’exposition itinérante Into The Unknown, produite par le Barbican (Londres) et curatoriée par Patrick Gyger. 

royal robertson - © christian berst — art brut
Date 1930 — 1997
Pays États-Unis

« Prophet » Royal Robertson naquit en Louisiane, en 1936. Jeune homme, il migre sur la côte Ouest où il travaille alternativement dans les champs ou comme peintre d’enseignes. Puis, il revient sur ses terres pour y veiller sa mère mourante et pour y épouser, en 1955, Adell, qui lui donnera 11 enfants.

Cette vie paisible, quoique rude, sera progressivement dévastée par la schizophrénie paranoïde dont souffre Royal. Sa jalousie maladive et ses bouffées délirantes finissent par faire éclater toute sa famille et, à mesure qu’il s’enfonce dans sa solitude, le monde lui paraît de plus en plus hostile.
Dès lors, il se mue en prophète sans disciples, se plaçant résolument dans un espace-temps mythique. Son existence, à partir de cette époque, est rythmée par d’incessants allers-retours entre l’intimité de sa maison - dont l’accès est hérissé de mises en garde - et les contrées extraterrestres où il puise sa consolation.

Chacun de ses « voyages » semble donner lieu à une œuvre portée par un souffle eschatologique. Une œuvre gardant constamment la trace des infidélités supposées de sa femme comme une perpétuation du péché originel, mêlées à d’autres imprécations furieuses et à des litanies de péchés irrémissibles. Royal met son habileté de peintre d’enseignes au service d’un évangile pop, historié et hystérique, aux couleurs stridentes et aux typographies hallucinées. Ses calendriers sont comme la chronique d’un temps magique, ponctuée de versets bibliques et assortis de visions qui paraissent surgies de comics books au service du redressement moral.

Ascensions éthérées, portraits de divinités ou d’aristocrates « martiens », architectures futuristes pareilles à des « maisons témoins » d’un monde à venir, c’est comme si Royal Robertson, tel un Moïse des temps modernes, était descendu de sa planète chargé de ses propres tables de la loi. En quête de rédemption – la nôtre comme la sienne – Prophet Royal Robertson disparaît en 1997, cinq ans après que l’ouragan Andrew eût emporté son havre de prédication.

Présent dans les plus grandes collections en Europe et aux Etats-Unis, Royal Robertson est une figure majeure de l’art brut.

Œuvres
Pour découvrir les œuvres disponibles, merci de nous contacter.
Sans titre - © christian berst — art brut
Sans titre, 1996
56 x 71 cm
sans titre - © christian berst — art brut
sans titre, 1987
56.3 x 71.4 cm
sans titre - © christian berst — art brut
sans titre, 1991
56.3 x 71.4 cm
sans titre - © christian berst — art brut
sans titre, 1993
55.8 x 71 cm
sans titre - © christian berst — art brut
sans titre, 1990
56.3 x 71.4 cm
sans titre - © christian berst — art brut
sans titre, 1990
56 x 71.3 cm
sans titre - © christian berst — art brut
sans titre, 1992
56.2 x 71.2 cm
sans titre - © christian berst — art brut
sans titre, 1992
55.9 x 71 cm
sans titre - © christian berst — art brut
sans titre, 1991
56 x 71 cm
Catalogue
Prophet Royal Robertson space gospel
Catalogue publié à l'occasion de l'exposition *Prophet Royal Robertson : space gospel*, christian berst art burt, Paris, 2016. - © christian berst — art brut

Préface : Pierre Muylle
Avant-propos : Christian Berst
Publié à l’occasion de l’exposition Prophet Royal Robertson : space gospel, du 27 octobre au 19 novembre 2016.

Expositions
Sexual Personae
curatée par Alison M. Gingeras, Hôtel Drouot, Paris. Du 21 au 30 octobre 2020.
galeristes #4
au Carreau du Temple. Du 18 au 20 octobre 2019.
visionary architecture
oliva creative factory. Du 14 mai au 15 juin 2019.
au-delà
aux confins du visible et de l’invisible, à la galerie. Du 7 mars au 13 avril 2019.
L’envol
ou le rêve de voler, Maison Rouge, Paris. Du 16 juin au 28 octobre 2018.
Voir plus
do the write thing 2
read between the lines, à la galerie. Du 26 avril au 2 juin 2018.
Drawing Now 2018
Carreau du Temple. Du 22 au 25 mars 2018.
hétérotopies
architectures habitées, à la galerie. Du 9 décembre 2017 au 20 janvier 2018.
In and out of Africa
Oliva Creative Factory, Portugal. Du 7 octobre 2017 au 7 avril 2018.
The museum of everything
Museum of Old and New Art, Tasmania. Du 17 juin 2017 au 2 avril 2018.
Into The Unknown
A Journey Through Science Fiction, Barbican, Londres. Du 3 juin au 1 septembre 2017.
Les lois du nombre d’or
Oliva Creative Factory, Portugal. Du 29 avril au 30 septembre 2017.
Prophet Royal Robertson
Space Gospel, à la galerie. Du 27 octobre au 19 novembre 2016.
Writescape
Textual Poetry of Art Brut, l'Entrepôt, Monaco. Du 12 juillet au 29 septembre 2016.
Sur le fil
par Jean-Hubert Martin, à la galerie. Du 9 avril au 22 mai 2016.
The Museum Of Everything
Kunsthal, Rotterdam. Du 5 mars au 22 mai 2016.
Architectures
Collection de l'Art Brut, Lausanne. Du 13 novembre 2015 au 17 avril 2016.
System and vision
David Zwirner gallery, New York. Du 28 février au 18 avril 2015.
do the write thing
read between the lines, galerie new york. Du 30 octobre au 21 décembre 2014.
american outsiders
the black south, à la galerie. Du 19 juin au 18 juillet 2009.
évasion
Les transports de l’art brut, à la galerie. Du 6 juin au 19 juillet 2008.
salon du dessin contemporain
Du 10 au 14 avril 2008.
Vue de l'exposition *Prophet Royal Robertson : space gospel*, christian berst art brut, Paris, 2016 - © ©christian berst art brut, christian berst — art brut
vue de l'exposition *visionary architecture*, triennale d'architecture de lisbonne, œuvres de la collection treger saint silvestre, oliva creative factory, sao joao da madeira, portugal, 2019. - © oliva creative factory, christian berst — art brut
*sur le fil, par jean-hubert martin*, galeries christian berst art brut & jean brolly, paris, du 9 avril au 22 mai 2016. - © christian berst — art brut
Revue de presse
First Casino on the Moon
Ansel Elkins, Oxford American. Le 11 août 2020.
Vincent Sator et Christian Berst des galeristes peu sages
Marie-Hélène Fabre, Revuewatt.com. Le 26 novembre 2016.
L’art brut mis en avant à la galerie l’Entrepôt
Monaco Info. Le 14 juillet 2016.
Sur le fil
Laurent Boudier Et Bénédicte Philippe, Télérama Sortir. Le 20 avril 2016.
mea culpa + mea felicita
Philippe Ducat, Oh Cet Echo. Le 14 novembre 2012.
Voir plus
American outsiders - The Black South
Télérama Sortir. Le 15 juillet 2009.
Collections
collection Piet Meyer
Suisse
High Museum of Art
États-Unis
collection de l’Art brut
Suisse
American Folk Art Museum
États-Unis
collection Treger Saint Silvestre
Portugal
Voir plus
collection Carmen et Daniel Klein
Suisse
collection Antoine Frérot
France
collection Emmanuelle et Guy Delcourt
France
Smithsonian Museum Of American Art
États-Unis
African American Museum of Dallas
États-Unis
Art Museum of Southeast Texas
États-Unis
Birmingham Museum of Art
Royaume-Uni
The Louisiana State Museum
États-Unis
Mississippi Museum of Art
États-Unis
New Orleans Museum of Art
États-Unis
Rockford Art Museum
États-Unis
St. Jame Place Folk Art Museum
États-Unis
Minneapolis Institute of Art
États-Unis
Vidéo
Royal robertson space gospel
Langue Français
Royal Robertson

You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.